It’s been a long long time I wanted to make a WonderWoman redesign. 
Here are the first two attempts (Not really satisfied with, actually). I’ll continue to do some when I’ll have more time. ._. 

It’s been a long long time I wanted to make a WonderWoman redesign. 

Here are the first two attempts (Not really satisfied with, actually). I’ll continue to do some when I’ll have more time. ._. 

Art Wonder woman Redesign DC

"Further proof that misogyny kills"

m-e-u-f-s:

Vendredi soir, Elliot Rodger, 22 ans, a ouvert le feu à Isla Vista, en Californie, tuant six personnes, dont deux femmes, en blessant une dizaine d’autres. Puis s’est donné la mort. Quelques heures auparavant, il publiait une vidéo sur YouTube où il s’adresse aux femmes qui l’ont rejeté, lui, “l’homme parfait”, préférant "s’offrir" à des "mecs odieux". Il menace ensuite de trouver une confrérie féminine et de "buter toutes les putes blondes gâtées et coincées" qu’il croisera. Pour montrer à toutes ces filles qu’il a "désirées" qu’il est “supérieur, un vrai mâle alpha”.

Un vocabulaire utilisé par les pick-up artists (et leurs disciples), ces coachs de la drague qui prétendent séduire une femme en trois minutes et cinq mots — et vous apprendre à faire de même. Rodger était un wannabe PUA. Sur les forums dédiés, ces types affirment aujourd’hui que le “game” (= appeler les femmes des “cibles”, leur attribuer une note pour ensuite jouer à les séduire) peut "sauver des vies", existe "pour éviter cette merde" (= qu’un taré tue des meufs) et empêcher une telle "injustice" (= être vierge à 22 ans).

Injuste. Une femme qui ne se plie pas au désir masculin. Injuste. Refuser à l’homme ce corps sexué, par trop objectifié. Injuste. Cruel. Car l’homme aurait un droit sur la femme, droit de cuissage, droit de toucher, droit d’invectiver. Et pour elle d’obéir, de céder, de se taire, sinon de se sentir coupable, mes seins, mes fesses, ma jupe. S’excuser et justifier, “désolée, j’ai déjà un copain”, car les hommes respectent leur sexe, pas le nôtre.

Mais je ne te dois rien. Rien. Sous aucun prétexte. “Même si” j’ai un décolleté au premier rendez-vous. “Même si” je t’ai souri. “Même si” j’ai accepté que tu m’offres un verre. “Même si” j’ai dansé avec toi. Pute. Allumeuse.

Dans une de ses vidéos, Rodger estime que lui refuser amour et affection constitue “un crime ne pouvant être pardonné”. Et un crime, ça se punit.

De là à dire que c’est de leur faute, à ces femmes sur qui il a ouvert le feu, qu’elles ont pris pour toutes celles qui ont refusé ses avances, il n’y a qu’un pas que des tas de cons ont franchi allègrement ce weekend. Sur Twitter, on pouvait lire des messages comme “Faites un effort, les filles, donnez aux mecs ce qu’ils veulent sinon vous voyez comment ça finit”, un hashtag #Notallmen (pas tous les hommes) revient de plus en plus fréquemment.

Le 6 décembre 1989, Marc Lépine, 25 ans, tuait quatorze femmes à l’Ecole Polytechnique de Montréal, avant de se suicider. Dans sa lettre, il expliquait vouloir “envoyer ad patres ces féministes qui [lui] ont toujours gâché la vie”.

La vérité, c’est qu’un misogyne isolé, ça n’existe pas. C’est notre culture qui crée cela, ce sont des communautés où on leur dit que leur haine est à la fois ordinaire et justifiée.

Après la tuerie de ce week-end, de nombreuses femmes ont réagi via le hashtag #Yesallwomen pour dire le genre d’angoisses que l’on peut ressentir tous les jours.

- “Je suis toujours nerveuse à l’idée de révéler mon nom quand je parle de sexisme et de féminisme.

- “Parce que je pense toujours sérieusement à inscrire ma fille à des cours de self-défense. Elle a 4 ans.

- “Parce que je vis dans un monde où dire ‘non’ peut parfois lancer une négociation qui ne devrait même pas avoir lieu.

- “Parce que l’on apprend aux femmes à crier ‘au feu’ au lieu de ‘je me fais violer’ quand elles sont victimes d’une agression sexuelle. Parce que les gens vous viendront davantage en aide si vous criez au feu…

- “Les femmes vivent avec l’angoisse quotidienne de se faire agresser par un homme. Quotidienne. Dans le monde entier.

- “Si vous n’avez pas déjà été violée, vous vous sentez presque ‘chanceuse’.

- “Chaque femme que vous connaissez a dû être harcelée à un moment ou un autre. Et celles que vous ne connaissez pas aussi.

Voilà quelques uns des messages publiés par ces femmes. Malheureusement, impossible de ne pas s’y retrouver.

(via oceanlord)

feminism